le protée

le mythe du dragon

Le protée (proteus anguineus) est une salamandre cavernicole vivant à l’état naturel dans les rivières souterraines de Slovénie (principalement) et du Nord de l’Italie ou de la Croatie. Son aire de répartition, comme beaucoup d’espèces cavernicoles, est réduite. Ils sont "prisonniers du milieu souterrain", c’est à dire qu’ils ne peuvent vivre hors des grottes et ne peuvent donc pas coloniser des habitats éloignés. Ce qu'on appelle une espèce endémique.

 
 

Clamouse présente lors des visites guidées 3 spécimens qui proviennent de la Station d’Écologie Expérimentale du CNRS de Moulis (Ariège).

C’est le seul vertébré cavernicole d’Europe et l’un des plus gros au monde. D’autres vertébrés (amphibiens et surtout poissons) existent dans la zone tropicale. C’est également l’un des premiers animaux cavernicoles décrit. Son nom vulgaire "holm" veut dire petit dragon. Il est à l'origine des légendes sur les dragons des cavernes...
Les premiers exemplaires connus proviennent en effet d’une résurgence intermittente (le débit de l’eau varie de façon régulière) et les gens pensaient que c’était dû à un dragon qui se retournait.
Lors des crues, des protées étaient parfois rejetés et leur aspect de "larves" les faisait donc passer pour des petits dragons.

proteus anguinus

Les plus gros individus atteignent 30 centimètres environ. A Moulis, certains spécimens ont dépassé les 70 ans et sont toujours en vie. On peut affirmer que leur espérance de vie est similaire à celle de l'humain.
Son corps est allongé (d’où son nom anguinus) et ses pattes sont réduites. Il ne possède pas de pigment mélanique: il est dépigmenté.
Le sang qui circule sous la peau lui donne une couleur chair. A l’arrière de la tête et de chaque côté, il possède des branchies qui ont l’aspect de plumeau rouge et lui permettent de puiser l’oxygène dissout dans l’eau.

 

Il est anophtalme (ne possède pas d’yeux) . Au cours des premiers stades larvaires, un œil rudimentaire se développe lentement puis le développement s’arrête et l’ébauche de l’œil régresse ensuite.

Si on expose un protée à la lumière, son œil ne se développe pas: c’est une régression irréversible. En revanche, son corps prendra une teinte foncée.

C’est un animal néoténique, c’est à dire qu’il conserve à l’état adulte des caractères larvaires (branchies externes, queue aplatie latéralement car adaptée à la nage), membres réduits, ossification peu importante, poumons rudimentaires non fonctionnels. Il subit des métamorphoses incomplètes. La dernière a lieu à 11 ans. Son cycle vital (comme celui de tous les animaux cavernicoles) est très long.

Dépigmentation, anophtalmie sont les adaptations les plus marquantes au milieu souterrain. On peut aussi citer sa capacité à jeûner pendant longtemps (milieu souterrain pauvre en nourriture), son métabolisme réduit (se dépense peu, vit vieux, odorat et toucher très développés). On parle parfois pour les animaux cavernicoles de "métabolisme de vieillard". Il pond un nombre réduit d’œufs (environ 30), qui sont par contre de grosse taille si on les compare à des espèces proches épigées (de surface). Il n’a en effet pas de prédateurs et peut donc miser sur un nombre faible de descendants.

Dans son milieu naturel, il est au sommet de la chaîne alimentaire. C’est le "tigre" du milieu souterrain. Il se nourrit principalement de crustacés cavernicoles. Leur métabolisme très lent leur permet de ne pas s'alimenter durant quelques 3 mois. A Clamouse, une fois par semaine, quelques vers de vase (vivants pour entretenir leurs instincts de prédateurs) leur sont proposés...

 

Navigation

lancer le diaporama

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux et pour nous permettre de mesurer l'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

x